Historique

Les origines

Les appellations des entités responsables de la formation à distance au secondaire ont varié au fil des ans, de l'Office des cours par correspondance au début, en 1946, en passant ensuite par le Service, puis la Direction des cours par correspondance, avec par ailleurs la création par le Conseil du Trésor en 1989 d'un Fonds de la formation à distance, jusqu'à, pour finir, la Direction générale de la formation à distance (DGFD).  Ces changements d'appellation ont souvent accompagné des changements d'orientation.

D'abord dédiée à la formation professionnelle, la formation à distance au secondaire a étendu son rayon d'action à la formation générale en 1972, puis à l'éducation populaire dans les années quatre-vingt, et s'est finalement recentrée sur la formation qualifiante, particulièrement la formation générale, à l'aube des années quatre-vingt-dix.  Cela dit, une caractéristique demeurait inchangée :  la formation à distance était regroupée dans une entité administrative du ministère de l'Éducation vouée à l'élaboration de matériel didactique et à la dispensation des services à la clientèle.

La redéfinition du lieu de la formation à distance en 1993-1994

En novembre 1993, dans l'esprit de l'Opération de réalignement de l'administration publique québécoise, le Ministère annonça son intention de ramener toutes les fonctions d'enseignement, en particulier celle de la formation à distance, dans le réseau des commissions scolaires.  Un comité de coordination fut créé pour associer le Ministère et les commissions scolaires dans la redéfinition du lieu d'exercice des activités de formation à distance.  Un an plus tard, les partenaires se sont entendus sur la création d'une organisation mixte reposant sur la complémentarité entre certains établissements scolaires qui offriraient les services directs à la population, et un organisme central de conception, de production et de recherche-développement en matière de formation à distance, situé à l'extérieur du Ministère et géré par les commissions scolaires.

1995 :  le début d'un temps nouveau

Fin décembre 1994, la DGFD acceptait ses dernières inscriptions d'élèves.  En janvier 1995, une cinquantaine de commissions scolaires, dont certaines réunies en consortiums, ont pris la relève en offrant les services à la clientèle (accueil, information, inscription, conseil pédagogique, tutorat, sanction des études) de la formation à distance.  Certaines d'entre elles n'offrent que la formation générale, d'autres offrent en plus le perfectionnement de la main-d'oeuvre.  À la même époque, la DGFD publiait le premier numéro de La Feuille volante, un bulletin d'information destiné aux commissions scolaires participantes. Ainsi prenait forme l'organisation mixte antérieurement annoncée.

La naissance de la SOFAD

L'assemblée générale des commissions scolaires intéressées par la formation à distance a élu les membres de son conseil d'administration en avril 1995. Le nom du nouvel organisme central a ensuite été choisi : Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec (SOFAD).

Le 1er novembre 1995, Mme Marjorie D. Gawley a été nommée directrice générale de la SOFAD. Le 1er avril 1996, la DGFD a cessé ses activités et, par décret, la ministre de l'Éducation a passé officiellement le flambeau à la SOFAD.  Cette transition fut marquée concrètement par le déménagement de la SOFAD dans ses nouveaux locaux, au 2200 rue Sainte-Catherine Est, à Montréal.  D'avril 1998 à août 2015, M. Pierre Giguère a assumé la fonction de directeur général de la SOFAD.  Depuis août 2015, le directeur général de la SOFAD est M. Denis Sirois.

Le document (PDF) Soixante ans de formation à distance au Québec permet d'en savoir plus sur la formation à distance au Québec, autant au secondaire qu'au collégial et à l'universitaire.